Sophie Gaubert – Storytelleuse

Un vers de Verlaine. Un poème de Baudelaire. Et puis le Bateau Ivre. 18 ans. Pas un jour sans que je ne goûte les mots. Leur douceur, leur sensualité, leur audace, leur intensité.

Puis vint l’image. Saisissante. Captivante. Eblouissante.

J’ouvre aujourd’hui une nouvelle page, dédiée à l’image, en espérant que mon travail photographique vous séduira.



Storytelleuse


Jusqu’alors responsable des stratégies dans une agence de communication, j’ai pour habitude de jouer avec les mots et les images. J’ai désormais décidé d’accorder plus de place à l’image, en ouvrant un nouveau chapitre de ma vie professionnelle.

Le mot

J’ai découvert sa puissance en 1ère littéraire. Un coup de foudre. A vrai dire un coup de foudre davantage porté sur l’analyse des mots d’un texte que sur les textes eux-mêmes. C’était décidé, je serai prof de Lettres. Et puis, à la Sorbonne, je découvre c’est quoi ce truc qui m’amine lorsque j’analyse des mots, une phrase, un poème… C’est la stylistique. Pas de doute, les neurones sont en excitation. Peu de temps après, arrive la sémiologie – l’étude des signes – ; je découvre alors le rapport texte/image. Je suis fascinée. Je ne veux plus être prof de lettres, je veux être publicitaire ! Direction le Celsa.

L’image

Au Celsa, les journées sont remplies de mots, d’images, de stratégies… Je passe mon temps à réfléchir comment produire tel effet sur telle personne. J’aime bien. Je débute en agence de pub. Quelques années plus tard arrive une révolution : les réseaux sociaux. Tout change : le type d’image n’est pas le même, les mots non plus. Mais il y a toujours quelque chose de fascinant dans ce rapport texte image. C’est simplement la manière de raconter l’histoire qui a changé.

La photo

Et voilà. 15 ans plus tard, la photo !

15 ans de stratégies, de mots et d’images mis au services marque… C’est bien. J’ouvre aujourd’hui une nouvelle page avec la photo.

15 ans de stratégie, de storytelling, ça forge une femme. Aussi, dans mon travail photographique, je mettrai toujours l’histoire au service de mon shooting. Faire avec ce que la lumière donne à un instant T, ce que donne le sujet pour créer une ambiance, une atmosphère, et tirer le fil de l’histoire.